En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services.

En savoir plus sur les cookies

Conquérir le marché avec l’Open Innovation

Temps de lecture 2 min

A l'heure où l'innovation devient le coeur des stratégies d'entreprise, comment celle-ci peut-elle se traduire et être un élément crucial de développement ?

C’est dans les années 2000 que Henry Chesbrough, professeur à l’université de Berkeley, lance la notion d’Open Innovation. Il énonce 3 caractéristiques : le gain de temps, la qualité et les moyens.

Autrement dit, l’Open Innovation traduit l’idée de participation, de passion commune et d’expérience utilisateur. L’objectif est de faire participer tous les collaborateurs d’une entreprise à la conception même de l’innovation. On parle d’ouvrir l’innovation à tout le monde et que tout le monde amène l’innovation au sein de son entreprise. Le développement collaboratif devient de plus en plus important, voire essentiel. En effet, cela permet de créer plus vite et de manière plus efficace à l’intérieur d’un marché où les besoins des consommateurs se sont complexifiés.

L’Open Innovation comprend un modèle important, celui du win-win. L’expérience utilisateur est au cœur de la stratégie d’entreprise, un système de co-construction horizontale qui est aussi bénéfique pour l’utilisateur que pour l’entreprise.

En résumé, on part sur une relation étroite entre communautés et entreprises afin de fidéliser et motiver ses collaborateurs.

Tous les éléments développés par l’Open Innovation : Partenariats, conception collaborative, création de projets, développement d’entreprise, écoute, notoriété, réseaux...

Dans une actualité où le réseau, le partage et la viralité sont au cœur des stratégies de communication et de développement des entreprises, l’Open innovation s’inscrit parfaitement dans cette mécanique, maintenant indispensable pour les entreprises.

L’intérêt est de faire jaillir et d’assembler les compétences de chacun dans des projets innovants. Les entreprises puisent leurs inspirations aux idées extérieures. On donne alors une réelle autonomie et implication des salariés, les amenant alors, à participer à la performance de l’entreprise.

Quelques exemples :

  • PROCTER & GAMBLE a vu son chiffre d’affaires passer de 43 à 83 milliards en 5 ans mais aussi 50% de ses produits développés avec des partenaires externes.
     
  • Les entreprises qui appellent les communautés à répondre à un challenge constatent un reel retour sur investissement par rapport aux projets soumis. C’est le cas du GROUPE ROCHE, le leader mondial de l’industrie pharmaceutique,  qui a publié une problématique à laquelle il était confronté depuis plus de 15 ans. Il a reçu pas moins de 113 propositions, permettant ainsi de résoudre le problème en moins de 2 mois.
     
  • Le groupe de construction automobile PSA avait lancé un challenge appelé « Costbusters » qui portait sur la réduction des coûts. Celui-ci a réussi à impliquer 3500 collaborateurs, qui ont proposé 3500 idées, visant toutes à améliorer la productivité et le ROI du groupe.
     
  • C’est le cas également de la SNCF qui déclare avoir économisé 82 millions d’euros en 2009, après la proposition de 25 000 idées, dont 50% ont été retenues.

Exemples sur www.idexlab.com

Tags : innovation, collaboratif, cocreation, entreprise, collaborateur